Disparue, Disparu

disparus

COMMUNIQUE DU 21 OCTOBRE 2014 "DISPARUE, DISPARU"

Ces campagnes d’affichage successives, décrivant la disparition sociale de nombre de personnes n’annonçaient pas un spectacle, même si nous sommes dans la représentation d’un réel palpable. Cette présence massive d’affichettes, sur une proposition du trio Boijeot-Renauld-Turon est une performance artistique qu’on pourrait rapprocher de «l’artivisme», entre art et message politique. Cette action jouant de ces limites a trouvé des proximités avec les «arts de la rue » cherchant l’envahissement des espaces publics et la mise en émoi de la société. Cette action fut menée simultanément dans de nombreuses villes en France, portée par les équipes de neuf Centres Nationaux des Arts de la Rue, des personnes proches de ces institutions culturelles, des citoyens. La place de l’artiste dans notre société est celle d’un guetteur, d’une vigie décryptant les perspectives possibles et identifiant les tragédies que nous vivons. Loin d’être en marge de la société, l’artiste doit interpeller, choquer, troubler et émouvoir pour dire et ainsi tenter de nous amener à percevoir différemment le monde qui nous entoure. Cette action visait, en conscience, à provoquer une forte émotion. Elle questionne ainsi nos inactions permanentes ou nos acceptations inconscientes face à ces situations de «disparitions sociales». On ne peut réduire ici ces interventions à une nouvelle alerte sur les conditions de l’indemnisation du chômage des intermittents du spectacle.


Et si bien évidemment cette question est fondamentale aujourd’hui, toujours et encore, cet acte artistique n’avait pas cette simple dimension corporatiste. Les disparu(e)s affiché(e)s étaient toutes des personnes exclues du champ social parce qu’elles perdent leur travail, voient leurs compétences ignorées, leurs droits
sociaux niés ou réduits à peau de chagrin. Ceci mène de plus en plus de personnes à la négation de leur propre identité et on les… perd. L’utilisation du phénomène de la «disparition» peut avoir blessé les personnes qui sont réellement dans le désarroi de la perte de vue de proches. Mais Boijeot-Renauld-Turon, ressentant plus largement cet état d’abandon dans lequel survivent les familles sans nouvelles et soutiens, ont fait le choix de recourir aux mêmes procédés d’appel collectif à un secours demandé. Ils disent, nous disons combien les plus faibles socialement, les sans-voix, se sentent abandonnés.
Cela témoigne à la fois d’une impuissance à se faire entendre dans notre société, et d’une volonté d’établir un dialogue créatif, avec d’autres règles du jeu, dans une société ultra médiatique davantage rompue au scoop et aux coups de gueule qu’aux débats de fonds.


L’utilisation de ce concept artistique est unique et le restera sans aucun doute. Mais peut-être que – chaque fois que notre Société abandonnera, fragilisera, maltraitera, humiliera une personne ou un groupe social – chaque fois qu’elle s’apprêtera à faire l’économie de nombre de vies – il faudra ressortir ce signal d’alarme avant que ces personnes ne soient condamnées à « disparaître », victimes du sentiment d’abandon général… Aujourd’hui ce geste correspond aux méthodes de détournements des codes de la ville que les artistes de rue sont amenés à utiliser pour alerter la population des urgences politiques à faire émerger.

C’est le propre de l’art.
Un art engagé qui dit, milite et cherche à nous sortir de l’état d’inertie et d’inhumanité dans lequel nous survivons. C’est évidemment là que nous attendons les artistes. Et c’est la raison pour laquelle nous avons accompagné cette proposition de Boijeot-Renauld-Turon. C’est là aussi que nous devons être.

L’art est un combat incessant !


Les Centres Nationaux des Arts de la rue : L’Atelier 231, Sotteville les Rouen / Les Ateliers Frappaz, Villeurbanne / Le Boulon, Vieux-Condé / Le Citron jaune, Port Saint Louis du Rhône / Le Fourneau, Brest / Le Moulin Fondu, Noisy le sec / La Paperie, Angers / Pronomade(s) en Haute Garonne / Quelques p’Arts…, Scène Rhone-Alpes / Les Usines Boinot, Niort / Le Parapluie, Aurillac


Actualité(s)

disparus

COMMUNIQUE DU 21 OCTOBRE 2014 "DISPARUE, DISPARU"

Ces campagnes d’affichage successives, décrivant la disparition sociale de nombre de personnes n’annonçaient pas un spectacle, même si nous sommes dans la représentation d’un réel palpable. Cette présence massive d’affichettes, sur une proposition du trio Boijeot-Renauld-Turon est une performance artistique qu’on pourrait rapprocher de «l’artivisme», entre art et message politique. Cette action jouant de ces limites a trouvé des proximités avec les «arts de la rue » cherchant l’envahissement des espaces publics et la mise en émoi de la société. Cette action fut menée simultanément dans de nombreuses villes en France, portée par les équipes de neuf Centres Nationaux des Arts de la Rue, des personnes proches de ces institutions culturelles, des citoyens. La place de l’artiste dans notre société est celle d’un guetteur, d’une vigie décryptant les perspectives possibles et identifiant les tragédies que nous vivons. Loin d’être en marge de la société, l’artiste doit interpeller, choquer, troubler et émouvoir pour dire et ainsi tenter de nous amener à percevoir différemment le monde qui nous entoure. Cette action visait, en conscience, à provoquer une forte émotion. Elle questionne ainsi nos inactions permanentes ou nos acceptations inconscientes face à ces situations de «disparitions sociales». On ne peut réduire ici ces interventions à une nouvelle alerte sur les conditions de l’indemnisation du chômage des intermittents du spectacle.


Et si bien évidemment cette question est fondamentale aujourd’hui, toujours et encore, cet acte artistique n’avait pas cette simple dimension corporatiste. Les disparu(e)s affiché(e)s étaient toutes des personnes exclues du champ social parce qu’elles perdent leur travail, voient leurs compétences ignorées, leurs droits
sociaux niés ou réduits à peau de chagrin. Ceci mène de plus en plus de personnes à la négation de leur propre identité et on les… perd. L’utilisation du phénomène de la «disparition» peut avoir blessé les personnes qui sont réellement dans le désarroi de la perte de vue de proches. Mais Boijeot-Renauld-Turon, ressentant plus largement cet état d’abandon dans lequel survivent les familles sans nouvelles et soutiens, ont fait le choix de recourir aux mêmes procédés d’appel collectif à un secours demandé. Ils disent, nous disons combien les plus faibles socialement, les sans-voix, se sentent abandonnés.
Cela témoigne à la fois d’une impuissance à se faire entendre dans notre société, et d’une volonté d’établir un dialogue créatif, avec d’autres règles du jeu, dans une société ultra médiatique davantage rompue au scoop et aux coups de gueule qu’aux débats de fonds.


L’utilisation de ce concept artistique est unique et le restera sans aucun doute. Mais peut-être que – chaque fois que notre Société abandonnera, fragilisera, maltraitera, humiliera une personne ou un groupe social – chaque fois qu’elle s’apprêtera à faire l’économie de nombre de vies – il faudra ressortir ce signal d’alarme avant que ces personnes ne soient condamnées à « disparaître », victimes du sentiment d’abandon général… Aujourd’hui ce geste correspond aux méthodes de détournements des codes de la ville que les artistes de rue sont amenés à utiliser pour alerter la population des urgences politiques à faire émerger.

C’est le propre de l’art.
Un art engagé qui dit, milite et cherche à nous sortir de l’état d’inertie et d’inhumanité dans lequel nous survivons. C’est évidemment là que nous attendons les artistes. Et c’est la raison pour laquelle nous avons accompagné cette proposition de Boijeot-Renauld-Turon. C’est là aussi que nous devons être.

L’art est un combat incessant !


Les Centres Nationaux des Arts de la rue : L’Atelier 231, Sotteville les Rouen / Les Ateliers Frappaz, Villeurbanne / Le Boulon, Vieux-Condé / Le Citron jaune, Port Saint Louis du Rhône / Le Fourneau, Brest / Le Moulin Fondu, Noisy le sec / La Paperie, Angers / Pronomade(s) en Haute Garonne / Quelques p’Arts…, Scène Rhone-Alpes / Les Usines Boinot, Niort / Le Parapluie, Aurillac


Info Météo

INFO MÉTÉO - Vendredi 8 mai - CHARNAS

Le ciel de Charnas est tout gris aujourd'hui, il va pleuvoir, il y a de grosses rafales de vent, des risques de grêles et d'orage... la totale !

Le spectacle "Dames de France" des Soeurs Goudron est maintenu à 17h30 et replié dans la salle des fêtes.

Le spectacle "Le Fariboleur" de la Cie La Remueuse est quant à lui malheureusement annulé, mais ne vous inquiétez pas, il sera reporté à une date ultérieure.

Pour ne pas le louper, inscrivez vous à la newsletter en bas du site...

Et pour samedi 9 et dimanche 10 mai, le soleil sera là et le vent sera parti souffler ailleurs donc rendez-vous à St Symphorien de Mahun ou à Champagne !

 

soeursgoudron1 

 

Dames de France

Raffinement, distinction, grâce et élégance. Pour la première fois chez vous, cinq des plus belles Dames de France sont réunies. Elles n'ont qu'un but : conquérir votre cœur... à elles d'être plus performantes que leurs adversaires pour briguer le titre ultime de "Dame de France". Mais dans cette aventure hors du commun, la compétition s'annonce rude. Réussiront-elles ce grand défi ? Iront-elles au bout de leurs rêves ? Résisteront-elles au monde impitoyable des concours de beauté ?

Des larmes, du voyeurisme, de la manipulation, de l'exhibition... Soyez les maîtres du jeu et venez participer à la grande finale des Dames de France.

Une dose de voyeurisme, trois cuillerées à soupe d'individualisme exacerbé, une pincée de célébrité à tout prix, une bonne rasade de manipulation médiatique, deux louches d'exhibition de l'intime, de la féerie du monde de l'audimat à volonté... voilà la recette parfaite pour une première de Dames de France… Alors Champagne !

 

 

Le spectacle « 9 » est soutenu par : Hameka Fabrique des Arts de la Rue – CC Errobi (64), L’OARA, Office Artistique de la Région Aquitaine, La Scène Nationale du Sud-Aquitain (64), L’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue à Sotteville lès Rouen (76), Le Sillon, Scène Conventionnée pour le Théâtre dans l’Espace Public à Clermont l’Hérault (34), Le Théâtre de Chatillon (92), La Scène de Pays Baxe Nafarroa – CC Garazi Baigorri (64), Le Conseil Général des Landes (40), Quelques p’Arts, Centre National des Arts de la Rue / Scène Rhône-Alpes à Boulieu lès Annonay (07), L’Association CRABB – Biscarrosse (40), L’ADAMI – Administration des Droits des Artistes et Musiciens Interprètes (demande en cours) - See more at: http://www.lepetittheatredepain.com/spectacles/en-tournee/9-creation-en-cours#sthash.JlSrJUrA.dpuf
  AVANT PREMIÈRES & PREMIÈRE

 

Vendredi 8 mai à 17h30
CHARNAS - Devant la salle des fêtes
Précédé du spectacle Le Fariboleur


Samedi 9 mai à 20h30

ST SYMPHORIEN DE MAHUN
Pl. de l'église


Dimanche 10 mai à 17h30

CHAMPAGNE
Pl. de la Fontaine

 

 


FÉERIE, JAMBONS, PAILLETTES
1h10
dès 8 ans
Accès libre

 

www.soeursgoudron.com

Public-Acteur

Devenez Public Acteur.
Vous manifesterez ainsi votre volonté pour que Quelques p'Arts… continue d'offrir un "environnement culturel" riche, quotidien et accessible. Votre présence à chacun de nos rendez-vous, la participation active de beaucoup d'entre vous, nous encouragent et donnent du sens à notre action. D'avance, merci à tous pour votre contribution.

Recevez votre carte Public Acteur

Participez !

Cher public,
On vous le dit, la Saison se voudra active ! C'est en tout cas le leitmotiv de notre projet culturel de territoire(s) : encourager la participation active, la mobilité, l'engagement et la contribution. La contribution au projet artistique tout d'abord, par votre venue et votre qualité d'écoute lors des spectacles, ou par votre implication dans certains projets participatifs.

DÉCOUVREZ LA PROGRAMMATION !

Droits Culturels

Chers amis,
Nous vous invitons à prendre connaissance et à signer cet appel des deux mains. Le projet artistique et culturel de territoire que nous menons n’a pas d’autres objectifs. Garantir la démocratie, œuvrer pour quelle soit effective est à nos yeux de la plus haute importance. Nous sommes tous porteurs de cette responsabilité ! Séminaire Avoir envie !

Lire la suite